Octobre - Novembre - Décembre 2011

L'Évangile dans l'épître aux Galates

Carl Cosaert

1.
24 - 30 septembre
2.
1 - 7 octobre
3.
8 - 14 octobre
4.
15 - 21 octobre
5.
22 - 28 octobre
6.
29 octobre - 4 novembre

7.

5 - 11 novembre
8.
12 - 18 novembre
9.
19 -25 novembre

10.

26 novembre - 2 décembre
11.
3 - 9 décembre
12.
10 - 16 décembre
13.
17- 23 décembre
13
24 - 30 décembre

La lettre de Paul aux Galates a été comparée, à juste titre, à de la " dynamite spirituelle ". A part l'épitre aux Romains, aucun autre livre biblique n'a autant provoqué de réveils et de réformes. On pourrait même dire que le protestantisme est issu des pages de l'épître aux Galates (et aux Romains). C'est en lisant l'épître aux Galates que Martin Luther a tout d'abord été touché par la glorieuse nouvelle de la justification par la foi. " L'épître aux Galates, a-t-il déclaré, est mon épître. J'y suis marié."

A leur tour les écrits de Luther, centrés sur l'évangile, le 24 mai 1738 à Aldersgate Street, à Londres, ont transformé la vie de John Wesley. Celui-ci a ensuite été à l'origine d'un réveil spirituel qui a balayé non seulement les iles britanniques, mais aussi le monde anglophone tout entier.

Les adventistes du septième jour aussi ont une dette envers l'épitre aux Galates. C'est grâce à l'étude de ce livre que E. J. Waggoner et A. T. Jones ont aidé l'Église adventiste du septième jour, dans les années 1880 et 1890, à redécouvrir Ia vérité sur Ia justification par la foi.

Pourquoi l'épitre aux Galates a-t-elle à ce point joué un rôle central lors des réveils spirituels? Pourquoi a-t-elle touché le cœur de tant de gens? D'une manière unique par rapport aux autres Livres bibliques, l'épitre aux Galates traite d'un certain nombre de thèmes d'une importance cruciale pour l'âme chrétienne. C'est dans cette lettre que Paul aborde des questions telles que la liberté, le rôle de la loi dans le salut, la condition humaine en Christ, ce qu'est une vie guidée par I'Esprit et ce problème vieux comme le monde: comment les êtres humains pécheurs peuvent-ils être justifiés face à un Dieu juste et saint?

Il est certain que d'autres livres, tels que l'épître aux Romains, abordent certaines de ces questions, mais la lettre aux Galates est différente. Non seulement celle-ci est plus courte et plus dense, mais ses thèmes d'une grande richesse sont rédigés sur un ton pastoral très personnel et fervent qui ne peut que toucher les cœurs ouverts à l'Esprit de Dieu, même encore aujourd'hui.

Si la lettre de Paul nous touche personnellement, nous ne la comprendrons que mieux en prenant conscience des circonstances historiques abordées par l'apôtre sous l'inspiration de l'Esprit.

De nombreux biblistes pensent que l'épître aux Galates est peut-être la première lettre de Paul, écrite sans doute en 49 après J.-C., après le fameux concile de Jérusalem (Ac 15). Ce livre pourrait bien être le plus ancien document chrétien connu à ce jour.

Comme le montrent clairement le livre des Actes et l'épître aux Galates, l'Église primitive s'est retrouvée au centre d'un violent conflit sur la nature du salut, notamment concernant les gentils. D'après un groupe de croyants juifs, qualifiés de " judaïsants ", la seule croyance en Jésus n'était pas suffisante. Les païens devaient aussi se faire circoncire et suivre la loi de Moise (Ac 15.1). Il n'est donc pas surprenant que, lorsque Paul a fondé une Église de convertis païens en Galatie, certains de ces Juifs " judaïsants " s'y soient rendus pour " redresser " la situation.

Lorsque Paul a eu vent de la nouvelle, il a réagi avec vigueur. Conscient que ce faux évangile, prônant le salut par la foi et les œuvres, menaçait de saper l'œuvre du Christ, Paul a passionnément pris la défense de l'Évangile en écrivant aux Galates. En termes particulièrement forts, ii leur a présenté ce faux enseignement pour ce qu'il était vraiment, du légalisme pur et simple.

Le Guide d'étude de la Bible de ce trimestre nous invite à suivre l'apôtre Paul tandis qu'il supplie les Galates de demeurer fidèles à Jésus. Il nous donne également l'occasion de réfléchir à notre propre façon d'appréhender l'Évangile. Nous espérons sincèrement qu'au cours de ce trimestre, l'Esprit de Dieu suscitera en nous un réveil spirituel lorsque nous redécouvrirons ce que Dieu a fait pour nous en Christ.

Carl Cosaert, docteur en philosophie, est professeur adjoint de Nouveau Testament et de christianisme primitif. Il enseigne à l'Université de Walla Walla, Washington, États- Unis.